Tunisie : Soupçonné de corruption, le chef du gouvernement démissionne mais limoge dans la foulée plusieurs ministres !

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Elyes Fakhfakh, le Premier ministre tunisien démissionnaire (DR)

Le chef du gouvernement tunisien Elyes Fakhfakh, pointé du doigt pour corruption par le parti Ennahda, a présenté sa démission ce mercredi 15 juillet, ce qui ne l’a pas empêché d’avoir limogé plusieurs ministres.

Suite à son bras de fer avec le parti Ennahda, qui le soupçonne pour corruption, Elyes Fakhfakh a cédé à la pression. Il a présenté sa démission mercredi 15 juillet, selon des sources officielles sous couvert de l’anonymat. Le désormais ex-premier ministre, désigné en février pour diriger le gouvernement de coalition, est sous le coup d’une enquête pour conflit d’intérêts. Il est accusé depuis fin juin de ne pas avoir cédé la gestion de ses parts dans une entreprise d’assainissement ayant remporté des marchés publics ces derniers mois.

Une carte qu’Ennahda, qui compte six membres au gouvernement, estimant toutefois être marginalisée au sein de l’exécutif, n’a pas hésité à jouer, faisant pression pour un changement de gouvernement, en raison des soupçons de corruption pesant sur Elyes Fakhfakh.

Plusieurs ministres limogés par le premier ministre démissionnaire

Selon un communiqué de la présidence rendu public mercredi soir, bien qu’Elyes Fakhfakh ait présenté sa démission, il a tout de même procédé au limogeage des ministres du Transport, de la Santé, de l’Equipement, de la Jeunesse et du Sport, des Affaires locales, ainsi que de l’Enseignement supérieur. Il a ainsi nommé par intérim les personnalités suivantes : Habib Kchaou, ministre de la Santé, Fadhel Kraïem, ministre du Transport, Ghazi Chaouachi, ministre de l’Equipement, Asma Shiri, ministre de la Jeunesse et du Sport, Chokri Belhassen, ministre des Affaires locales, et Lobna Jribi, ministre de l’enseignement supérieur.

Le président Kais Saied, qui avait nommé Elyes Fakhfakh au poste de Premier ministre après l’incapacité d’Ennahda à rassembler une majorité autour d’un chef de gouvernement de son choix, a désormais 10 jours pour désigner une nouvelle personne qui gouvernera le pays.

LES PLUS LUS