l'Afrique du 21ème siècle

Tunisie : 34 migrants périssent, l’UE épinglée!

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Des migrants tentant de rejoindre l’Europe

En Tunisie, 34 migrants, originaires d’Afrique subsaharienne, en majorité des femmes, ont péri au large des îles Kerkennah. Les victimes étaient à bord d’une embarcation, a indiqué ce mercredi le tribunal de Sfax, situé dans le centre-est. De son côté, l’ONG Forum tunisien des droits économiques et sociaux pointe du doigt l’Union européenne (UE) pour son inaction.

Un nouveau drame de la migration. En Tunisie, 34 migrants, qui voyageaient à bord d’une embarcation, ont été retrouvés morts au large des îles Kerkennah. Des pêcheurs avaient découvert mardi des corps flottant au large de cette archipel, près de la ville portuaire de Sfax, dans le centre-est du pays et avaient alerté les autorités.

Les départs sur les côtes tunisiennes ont augmenté de 156%

Dans la journée de mardi, 22 corps avaient été retrouvés et 12 autres mercredi, faisant monter le bilan à 34 morts, dont 23 femmes, 9 hommes et deux enfants. Les victimes du naufrage, qui étaient au nombre d’une cinquantaine, étaient originaires d’Afrique subsaharienne. Ils auraient embarqué dans la nuit du 4 au 5 juin à Sfax, en direction de l’Italie, indiquent les autorités tunisiennes.

Selon le Haut commissariat des réfugiés (HCR), les départs pour l’Europe sur les côtes tunisiennes ont augmenté de 156% entre janvier et fin avril en comparaison à la même période l’an dernier.

« Cette tragédie est la conséquence inévitable de la politique migratoire restrictive de l’Union européenne »

De son côté, l’ONG Forum tunisien des droits économiques et sociaux estime que « cette tragédie est la conséquence inévitable de la politique migratoire restrictive de l’Union européenne », dénonçant « une approche sécuritaire plutôt qu’une gestion humaine notamment au vu de la situation (…) en Libye », où de nombreux migrants qui tentent d’embarquer pour l’Europe sont détenus dans des conditions inhumaines et sont à la merci de leurs joailliers qui leur extorquent de l’argent, les torturent, et n’hésitent pas à aller jusqu’au meurtre.

Des crimes largement dénoncés par les associations de défense des migrants, qui pointent du doigt l’Union Européenne pour son inaction, mais pire de laisser-faire sciemment cette situation, afin que diminue le nombre de personnes qui tentent de traverser la Méditerranée pour l’Europe.

LES PLUS LUS