Présidentielle en Côte d’Ivoire : La candidature de Gbagbo déposée ce lundi, celle de Soro attendue

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par La Rédaction

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo

La candidature de l’ex-président Laurent Gbagbo, qui est toujours en Belgique, a été déposée par ses partisans ce lundi 31 août à la Commission électorale indépendante (CEI) de Côte d’Ivoire. L’institution devrait également très vite recevoir celle de l’ex-chef rebelle et Premier ministre Guillaume Soro, qui a annoncé son intention de participer au scrutin.

Laurent Gbagbo a officiellement déposé sa candidature ce lundi 31 août à la Commission électorale indépendante (CEI) de Côte d’Ivoire. Ce sont les partisans de l’ex-chef d’Etat ivoirien, toujours en Belgique, car non autorisé à rentrer en Côte d’Ivoire par les autorités, qui ont déposé sa candidature. «Nous venons de déposer le dossier de notre référent politique, le président Laurent Gbagbo, le père de la démocratie en Côte d’Ivoire que nous avons sollicité pour être notre candidat à la présidentielle», a déclaré Georges-Armand Ouegnin, président de la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) à sa sortie de la CEI, accompagné également du fils de l’ancien président Michel Gbagbo.

La candidature de l’ex-chef rebelle et Premier ministre Guillaume Soro est également attendue. De leurs côté, le président sortant Alassane Dramane Ouattare et son rival Henri Konan Bédié avaient déjà déposé leurs candidatures la semaine dernière.

Une présidentielle à l’issue incertaine

A ce jour, Laurent Gbagbo ne s’est pas prononcé officiellement sur sa candidature. Acquitté en première instance pour crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), il est toutefois toujours en liberté conditionnelle en Belgique dans l’attente d’un éventuel procès en appel de la juridiction internationale. Sa condamnation en janvier 2018 à 20 ans de prison par la justice ivoirienne pour l’attaque de la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) lors de la crise de 2010-2011 complique davantage la situation de l’ex-dirigeant ivoirien, qui a également été radié des listes électorales. Une radiation que ses partisans pointent du doigt, dénonçant des « manœuvres juridico politiciennes».

Tous ces éléments montrent à quel point l’issue du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire, qui se tiendra en octobre prochain, est incertaine. Alors que la troisième candidature d’Alassane Ouattara est de plus en plus contestée, celle de son rival Henri Konan Bedié, âgé de 86 ans, est aussi pointée du doigt par de nombreux observateurs qui estiment qu’elle n’a pas lieu d’être. Sans compter les cas de Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro, qui ne sont officiellement pas autorisés à se présenter à la présidentielle, et dont les partisans exigent qu’ils y participent, dénonçant des manœuvres politiques pour les écarter et laisser la voie libre au président sortant.

 

LES PLUS LUS