l'Afrique du 21ème siècle

Meurtre de George Floyd : l’autopsie officielle et celle de la famille concluent à un homicide

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Une fresque en hommage à George Floyd

Les deux autopsies, l’officielle, comme celle menée par des médecins mandatés par la famille, déterminent que la mort de l’afro-américain George Floyd est bien un homicide. Il serait mort d’asphyxie à cause de la pression exercée sur son cou par l’officier de police responsable de son décès.

Cela ne fait aucun doute. La mort de l’afro-américain de 46 ans, George Floyd, est bien un homicide. C’est ce que révèle l’autopsie officielle et celle indépendante menée par des médecins mandatés par la famille. « La mort de George Floyd est un homicide, son arrêt cardiaque a été provoqué par la pression exercée sur cou« , a indiqué lors d’une conférence de presse le médecin légiste officiel, de l’université du Michigan, en charge de son autopsie, soulignant que « les preuves soutiennent l’asphyxie comme cause du décès et l’homicide comme circonstance de la mort« .

Cette pression prolongée « sur son cou a coupé le flot sanguin allant vers son cerveau« 

Même conclusion pour l’autopsie indépendante réalisée à la demande de la famille : « La mort de George Floyd a résulté d’une asphyxie par pression prolongée« , a déclaré l’avocat de la famille, précisant que cette pression prolongée « sur son cou a coupé le flot sanguin allant vers son cerveau et la pression sur son dos a entravé sa capacité à gonfler ses poumons ».

Deux autopsies qui contredisent les premiers éléments de la version officielle sur la mort de George Floyd

Deux autopsies qui contredisent les premiers éléments officiels connus sur la mort de George Floyd, décédé le 25 mai à Minneapolis après qu’un officier de police blanc ait plaqué son genou sur son cou pendant 8 minutes et 46 secondes. Dans la première autopsie officielle, qui a suivi le meurtre de l’afro-américain, les médecins légistes du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, avaient affirmé qu’il n’y avait pas de « preuves physiques soutenant un diagnostic d’asphyxie traumatique ou d’étranglement », soulignant que « l’effet combiné de l’arrestation et de l’immobilisation de M. Floyd par la police, ses antécédents médicaux et la présence potentielle de substance psychoactive dans son corps ont probablement contribué à sa mort ».

Partout dans le monde, on réclame justice pour George Floyd

Depuis le meurtre de George Floyd, des émeutes ont éclaté à Minneapolis, où la foule qui ne décolère pas, réclame justice pour cet énième afro-américain qui meurt aux mains de la police. Des manifestations ont même eu lieu jusque devant la Maison Blanche, poussant le président des Etats-Unis Donald Trump à menacer de déployer l’armée contre les manifestants.

Des protestations ont également eu lieu un peu partout dans le monde, à Londres, Paris, ou encore à Toronto pour dénoncer le meurtre de George Floyd et le racisme dont sont victimes les afro-américains aux Etats-Unis. Un autre rassemblement est prévu ce mardi 2 juin à Paris, devant le Tribunal de grande instance, à 19 h, heure française.

Une affaire qui est loin d’être terminée. Le policier responsable du meurtre de George Floyd a pour le moment été inculpé pour homicide involontaire. Une décision qui ne satisfait pas la famille de la victime qui exige qu’il soit inculpé et condamné pour « assassinat ».


LES PLUS LUS