l'Afrique du 21ème siècle

L’OMS fait volte-face et reprend les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine !

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Image illustrative (DR)

Après une étude diffusée dans la revue scientifique The lancet, considérant l’hydroxychloroquine comme inefficace contre le coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait suspendu le 25 mai les essais cliniques sur ce traitement avant de décider finalement de les reprendre de nouveau. 


L’Organisation mondiale de la santé revient sur sa décision de suspendre les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine, qui est une piste de traitement contre le coronavirus. L’institution avait en effet décidé de suspendre les essais cliniques sur ce médicament suite à la publication d’une étude de la revue scientifique The lancet, qui le considérait comme inefficace contre le virus et même potentiellement dangereux pour la santé.

« Pas de toxicité significatif parmi les patients recevant de l’hydroxychloroquine« 

Mais le directeur de l’OMS, l’Ethiopien, Tedros Ghebreyesus, a indiqué lors d’un point de presse, le 3 juin, que « le comité de suivi de sécurité des données (DSMB), qui seul a accès à l’intégralité des données brutes de Solidarity, n’a pas constaté de signal de toxicité significatif parmi les patients recevant de l’hydroxychloroquine« , poussant donc l’institution à poursuivre les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine. 

Tout montre que le débat sur l’hydroxychloroquine est loin d’être entériné. L’infectiologue français, Didier Raoult, qui affirme depuis le début de l’épidémie que ce traitement est efficace, a vivement critiqué l’étude de The lancet, estimant qu’elle ne prenait pas en compte certaines données. 

En attendant, de nombreux pays africains, tels que le Sénégal, le Tchad, ou encore le Maroc et l’Algérie continuent de traiter leurs patients du Covid-19 à la chloroquine, prônant son efficacité.

LES PLUS LUS