Les lunettes d’Allende et la dent de Lumumba

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Patrice Lumumba devant le Sénat à Léopoldville, le 10 septembre 1960.

Par Amzat Boukari

Amzat Boukari est historien, militant panafricaniste et professeur à l’école panafricaine, basée à Paris. Dans ce billet, il revient sur les similitudes entre les parcours de Salvador Allende, ancien président du Chili et Patrice Lumumba, père de l’indépendance congolaise, dont « l’impérialisme », selon lui, a empêché de mener à bien leur dessein pour leur pays.

À Caracas, j’ai été touché de voir dans le hall du Ministère des relations internationales, l’œuvre de l’artiste chilien Carlos Altamirano qui représente les lunettes cassées de Salvador Allende, renversé le 11 septembre 1973 par un putsch. À l’époque où interdire le communisme ne suffisait pas à empêcher les peuples de voter contre le capitalisme, les coups d’état sont devenus les travaux pratiques de l’impérialisme, qui utilisait d’abord les élections pour identifier ses ennemis puis les transitions comme sessions de rattrapage. C’est de là que vient la création de structures américaines de suivi des élections dans le « monde libre ».

Présenté comme le premier président marxiste de l’histoire élu dans un pays démocratique dans le sens occidental et libéral du terme, Allende avait lancé la nationalisation des mines de cuivre et il faisait du lobbying auprès du Zaïre, de la Zambie et du Pérou pour constituer le cartel du cuivre afin de mettre au pas les multinationales sans foi ni loi. Harcelé par la Banque mondiale et l’InterAmerican Bank, accusé de vouloir ouvrir des goulags, Allende voulait surtout mettre au régime les multinationales ITT, Kennecott et American Anaconda Copper.

Les rendez-vous impossibles de l’histoire de deux grandes figures politiques

Allende et Lumumba, ce sont sans doute les rendez-vous impossibles de l’histoire. Ils auraient mené une même politique, de la même manière que leurs bourreaux (« les hommes forts ») ont mené une même politique mais au service d’autres intérêts. Réalise-t-on que Lumumba et Allende ont été éliminés par des forces impérialistes qui les présentaient quand même comme des menaces pour la paix et la sécurité mondiale ?

Exécution, suicide, dans les deux cas, les commanditaires suivaient l’opération depuis un autre pays en mettant du tabac dans leur pipe. Dans les deux cas, on sait que le Kagébé n’était pas emballé par Lumumba et Allende dont le profil de « menace communiste » doit beaucoup au zèle et au cynisme impérialiste. Dans les deux cas, il fallait tout faire pour ne pas en faire des martyrs, quitte à ce que leurs assassins en fassent eux mêmes des martyrs sous contrôle. La dent de Lumumba est une partie du Congo et de l’Afrique, qui veut dire autant que les lunettes d’Allende.

LES PLUS LUS