l'Afrique du 21ème siècle

La RDC se tourne vers l’industrialisation de la farine de manioc

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par Amadou Bâ

Tubercules de manioc

Alors que les cours du blé s’envolent depuis plus d’un an sur le marché mondial, les racines, tubercules et autres céréales comme le fonio, souvent considérées comme secondaires, redeviennent prisées. Ainsi, de nombreux pays à l’instar de la République Démocratique du Congo, tentent d’accélérer désormais leur politique visant à inclure ces aliments dans les produits de boulangerie.

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo vient d’adopter un projet de promotion de l’utilisation du « tapioca » (farine de manioc), dans la panification et la pâtisserie. Plus précisément, cette méthode peut désormais mélanger jusqu’à 20% de farine de tapioca avec de la farine de blé dans la production de pain et faire des pizzas, des gâteaux et des gaufres entièrement à partir de tapioca.

Cette nouvelle stratégie vise à réduire les coûts associés aux importations de blé, qui s’élèvent en moyenne à 87 millions de dollars par an, et le pays, qui dépend de la Russie et de l’Ukraine pour près de 70% de son approvisionnement en céréales, a été touché par la hausse des prix ces derniers en raison de la guerre entre ces deux états de l’ancienne Union soviétique.

Selon le ministre de l’Industrie Julien Paluku, le projet est une initiative publique déployée à travers l’Unité d’appui au Programme global d’urgence pour le développement communautaire (CAPUIDC), qui a bénéficié d’un appui de 38 millions de dollars de la Banque africaine de développement (BAD). Il estime que cela devrait également créer de nouveaux canaux de vente pour les producteurs dont les tubercules eux-mêmes sont devenus des cultures commerciales et non plus seulement des cultures de subsistance.

En raison de l’importance de ce produit pour la sécurité alimentaire et de ses multiples avantages économiques, la production a considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies. La République Démocratique du Congo est le troisième producteur mondial de manioc, après le Nigeria et la Thaïlande. Le pays a produit 30 millions de tonnes de manioc en 2018, selon la FAO.

LES PLUS LUS