l'Afrique du 21ème siècle

La BCEAO dépense plus de 46 milliards FCFA pour fabriquer et transporter l’argent

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par John WALCOTT

Agence BCEAO

La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) aurait dépensé 76,6 millions dollars en 2021, pour la fabrication et le transport de l’argent. Sur une période d’accumulation de 11 ans, la somme peut sembler importante. Mais, les pièces et billets de FCFA en circulation à fin novembre 2021 présentent une analyse différente. Cependant, ces dépenses soulèvent des questions sur l’opportunité d’utiliser une monnaie numérique de banque centrale au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Pour la fabrication et le transport de l’argent, en circulation au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), a annoncé avoir dépensé plus de 46 milliards de FCFA, pour l’exercice 2021. Il agit de 38,2 milliards FCFA pour l’achat des insignes monétaires, tandis que 7,8 milliards FCFA pour financer leur transport. L’identité des fabricants et des fournisseurs de billets et de pièces de l’UEMOA n’a pas mentionnée dans les documents. Mais historiquement, c’est la Banque de France qui détient le monopole.

« La BCEAO est notre client export le plus important. Elle représente une grosse part de notre activité. Pour l’instant, nous poursuivons notre coopération avec elle, en répondant à ses demandes d’impression de billets de la gamme actuelle. Les premiers billets de la commande 2021 de la BCEAO vont commencer à être imprimés à l’imprimerie de Chamalières en septembre-octobre », avait expliqué, Vincent Bonnier, directeur général de la fabrication de billets à la Banque de France.

Même si les responsables de l’UEMOA ont documenté la fin du franc CFA, des aspects tels que l’impression monétaire par les banques françaises ne semblent pas remis en question. Selon les estimations, l’achat de billets et de pièces aurait coûté 306,5 milliards de FCFA à la BCEAO depuis 2011. Si l’on ajoute les FCFA de transport et de circulation à l’économie pour un coût de 63,7 milliards de FCFA, ce total s’élève à plus de 370 milliards de FCFA durant cette période.

Selon le dernier bulletin de statistiques monétaires de la sous-région ouest-africaine, fin novembre 2021, il y avait 9 872,6 milliards de billets et pièces de FCFA en circulation, soit 32 fois le montant total des achats et des devises en circulation. Outre la critique sur le système de relations monétaires issu de la colonisation, l’encours des dépenses de la zone franc de l’UEMOA dans la fabrication et la circulation de la monnaie, risque de relancer le débat sur l’éventuelle adoption d’une monnaie numérique de banque centrale.

Le système actuel semble coûteux et ne facilite pas les badges monétaires pour tout le monde, en particulier les grosses coupures (5 000 ou 10 000 FCFA) billets. Pour rappel, l’« eco » serait le nom d’un projet de monnaie unique des 15 pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, datant des années 1960. Il s’agit du Ghana, du Nigeria, de la Guinée, de la Gambie, du Sierra Leone, du Liberia, du Cap-Vert, du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

LES PLUS LUS