l'Afrique du 21ème siècle

Exportation de déchets électroniques en Afrique : 34 arrestations en Espagne

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Décharge d’ordures à Bamako. Photo libre de droit.

Au moins 34 personnes ont été interpellées lundi en Espagne pour avoir exporté illégalement des déchets électroniques dangereux sur le continent africain, dans des pays notamment comme le Nigeria. 

Le trafic des déchets va bon train ! 34 personnes ont été arrêtées en Espagne ce lundi pour l’exportation illégale de 2500 tonnes de déchets électroniques et électriques vers des pays comme le Nigeria et sept autres du continent africain, a annoncé lundi par la Garde civile.

Une enquête menée en collaboration avec l’agence européenne de police Europol. D’après l’enquête, entre 2018 et 2019, 138 transferts illégaux de déchets dangereux avaient été effectués de Tenerife vers des pays africains, tels que le Sénégal, le Ghana, la Gambie, le Togo, le Bénin, la Guinée Conakry, Sierra Leone et, surtout, Nigeria.

Selon la Garde civile, le réseau chargeait dans des conteneurs maritimes une multitude de produits d’occasion tels que des véhicules à moteur, des pièces de rechange, ou encore  appareils électriques et électroniques usés. Ces engins étaient obtenus auprès de particuliers ou d’entreprises qui s’en débarrassaient parce qu’ils étaient obsolètes ou inutilisables. Les personnes interpellées lundi sont pour la plupart  d’origine africaine. Elles ont été arrêtées à Tenerife et Grande Canarie, deux îles de l’archipel espagnol des Canaries, dans l’Océan Atlantique, a précisé la Garde civile dans un communiqué. 

Un fléau qui mine la santé des enfants

La Garde civile souligne également l’implication d’une italienne âgée de 62 ans. Cette dernière était chargée de transmettre les documents nécessaires à la douane, en falsifiant les certificats pour faire croire que ces appareils fonctionnaient parfaitement.

L’exportation de déchets électriques et électroniques est un véritable fléau qui mine le continent africain. Ces déchets, qui contiennent des substances nocives pour la santé mais aussi pour l’environnement, sont souvent traités par des enfants, qui n’arborent aucune protection, manipulant des appareils à mains nues pour en extraire principalement de l’aluminium et du cuivre.

Depuis de nombreuses années des militants contre le déversement de ces déchets en Afrique se battent pour mettre un terme à ce phénomène qui nuit gravement à la santé, notamment des enfants qui sont au contact de ces engins. Mais leur voix peine à être entendue et ce trafic illégal continue son cours.

LES PLUS LUS