l'Afrique du 21ème siècle

Deux Afro-américains retrouvés pendus en Californie : « Nous exigeons la justice pas des excuses! »

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Rassemblement le 9 août 2015, un an après la mort de Michael Brown devant le Barclays Center de Brooklyn

Par la Rédaction

A peine trois semaines après le meurtre de George Floyd, deux Afro-américains ont été retrouvés pendus en Californie. Leurs familles, qui réclament justice, rejettent la version des policiers qui évoquent des suicides.

Les décès macabres dans la communauté noire se poursuivent aux Etats-Unis. Le 10 juin dernier, en effet, un jeune homme noir de 24 ans, Robert Fuller, a été retrouvé pendu à un arbre. Ses proches, qui réclament la vérité sur cette mort macabre, précisent également la ressemblance avec la mort de Malcolm Harsch, un autre Afro-américain de 38 ans, retrouvé, lui aussi, le 31 mai, pendu à un arbre de Victorville, à une cinquantaine de kilomètres.

« Rien de ce qu’on nous a dit ne tient debout»

Dans les deux cas, les premières conclusions des enquêteurs privilégient la piste du suicide, mais les familles des deux défunts ont rejeté ces affirmations, réclamant que toute la lumière soit faite sur ces décès. «Rien de ce qu’on nous a dit ne tient debout», a déclaré la sœur de Robert Fuller, lors du rassemblement qui s’est tenu samedi à Palmdale, en Californie, pour exiger des réponses. «On nous dit une chose, puis une autre, mais nous voulons la vérité ! (…) Mon frère n’était pas suicidaire !», clame-t-elle. La famille du jeune homme rejette aussi la version officielle, selon laquelle, il n’existerait pas d’enregistrement vidéo pour révéler les circonstances exactes de son décès, du fait de la proximité du lieu du drame avec le conseil municipal et plusieurs commerces.

« Nous essayons seulement d’obtenir des réponses à propos de ce qui s’est passé »

Si le corps de Robert Fuller n’a pour le moment pas fait l’objet d’une autopsie, ce n’est pas le cas de celui de Malcom Harsch. Toutefois les proches de ce dernier ont affirmé ne pas avoir été informés des causes de sa mort, malgré l’autopsie qui a été réalisée. « Nous essayons seulement d’obtenir des réponses à propos de ce qui s’est passé », a déclaré la sœur du défunt, soulignant que son frère « était quelqu’un de tellement aimant,(…) cela ne lui ressemble pas

Dans une déclaration au journal local Victor Valley News, la famille de Malcom Harsch a également dénoncé le fait qu’il existe « de nombreuses manières de mourir », mais « considérant le contexte actuel de tensions raciales, l’idée qu’un homme noir se pende à un arbre nous interpelle et nous choque. Nous exigeons la justice, pas des excuses.»

Une nouvelle affaire qui ne va pas apaiser les tensions sociales toujours vives aux Etats-Unis depuis le meurtre de George Floyd, qui a provoqué une vague d’indignation et de manifestations partout dans le monde contre les violences policières et discriminations que vivent quotidiennement les minorités.

LES PLUS LUS