l'Afrique du 21ème siècle

Congo : Le principal opposant à Sassou N’Guesso passe la Présidentielle sous respirateur

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par Serge Ouitona

L’opposant congolais Guy Brice Parfait Kolélas

L’un des principaux challengers de Denis Sassou N’Guesso, Guy Brice Parfait Kolélas, assistera de loin au vote de ce dimanche. Et pour cause. Vendredi dernier, l’homme âgé de 61 ans a été testé positif au Covid-19.

C’est dans un lit d’hôpital et sous respirateur que le principal opposant à Denis Sassou N’Guesso, Guy Brice Parfait Kolélas, arrivé deuxième lors de la Présidentielle de 2016, est apparu dans une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux ce samedi. « Mes chers compatriotes, je me bats contre la mort, mais cependant, je vous demande de vous lever. Allez voter pour le changement. Je ne me serai pas battu pour rien », a déclaré l’homme politique.

C’est dans l’après-midi du vendredi que ce qui était pris pour une crise de paludisme aigu s’est révélé en réalité être une atteinte au Coronavirus. Hospitalisé, Guy Brice Parfait Kolélas n’a pas pu assister au dernier meeting de son parti. Il avait été représenté par Jean-Jacques Serge Yhombi-Opango.

Selon les mots du directeur de campagne du candidat à la Présidentielle, Christian Cyr Rodrigue Mayanda notamment, son évacuation serait envisagée vers la France, ce dimanche matin. « Dans l’après-midi, pendant que nous étions en train de travailler, nous avons appris qu’un avion a quitté ou devrait quitter Paris aux alentours de 18 heures pour venir le chercher. Et si tout se passe bien, aux alentours de 11 heures-12 heures, il devrait gagner Paris pour des soins plus appropriés », a-t-il laissé entendre.

Le principal challenger de Denis Sassou N’Guesso est alors obligé de suivre de loin le vote. 5 700 bureaux de vote doivent ouvrir entre 7 heures et 18 heures sur toute l’étendue du territoire congolais pour accueillir le vote de quelque 2,5 millions d’électeurs hormis les 60 000 éléments des forces de l’ordre qui se sont déjà acquittés de ce devoir, mercredi. Seulement, au Congo, le scrutin semble joué d’avance. Qu’en sera-t-il ?

LES PLUS LUS