Centrafrique : Chassé du pouvoir en 2013, l’ex-président Bozizé candidat à la présidentielle

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

François Bozizé lors d’une conférence de presse suite à son retour à Bangui. (capture d’écran)

L’ex-président centrafricain François Bozizé a annoncé samedi sa candidature à l’élection présidentielle de décembre 2020.

Comme il fallait s’y attendre, François Bozizé est candidat à la présidentielle. «Le congrès vient de me désigner candidat du Kwa Na Kwa (son parti) à la prochaine élection présidentielle », ajoutant qu’il accepte «solennellement la mission qui lui est confiée», a déclaré l’ancien chef d’Etat, lors d’un discours prononcé devant ses partisans et retransmis en direct sur Facebook.

Une candidature qui n’est pas surprenante, puisque depuis son retour en décembre dernier dans la capitale centrafricaine, Bangui, l’ancien chef d’Etat, chassé du pouvoir en 2013, n’a jamais caché son intention de vouloir revenir au pouvoir. Un retour à tout juste un an de l’élection présidentielle, qui aura lieu en décembre prochain. «Depuis mon exil, je n’ai jamais oublié notre chère patrie», a-t-il affirmé ce samedi, dénonçant par la même occasion «la montée des tribalismes», «la gravité de la situation sécuritaire» et «l’absence totale d’autorité de l’Etat».

Un pays toujours plongé dans une grave crise

Depuis son retour, François Bozizé bénéficie d’une nouvelle popularité et provoque régulièrement des bains de foule à chacune de ses sorties. Le chef d’Etat compte bien utiliser ce regain de sympathie d’une partie de la population à son encontre pour tenter de revenir au pouvoir, alors même que sous sa présidence les conditions d’existence des Centrafricains ne se sont jamais améliorées.

Depuis qu’il a été renversé en 2013, suite à un mouvement de rébellion, la Centrafrique est toujours plongée dans une grave crise. L’élection à la tête du pays de Faustin Archange Touadéra n’y a rien changé. Le pays est en proie à de multiples violences entres plusieurs factions de groupes armés, qui commettent également régulièrement des tueries. Le contrôle des ressources minières est le principal enjeu du conflit entre les belligérants.

LES PLUS LUS