Burkina : L’armée impliquée dans des exécutions extrajudiciaires de 180 personnes, selon Human Rights Watch

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Burkina Faso, entrainement de militaires (Stéphanie Slessman)

L’organisation internationale des droits de l’Homme Human Rights Watch a dénoncé dans un rapport les exécutions extrajudiciaires de 180 personnes à Djibo, dans le nord du pays.

Les forces armées du Burkina Faso épinglées par l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HWR) ! Dans un rapport, sur la base de témoignages d’habitants, elle pointe du doigt leur implication dans des exécutions extrajudiciaires de 180 personnes, ces derniers mois, à Djibo, dans le nord du pays.

L’organisation fait état de « fosses communes contenant au moins 180 corps », qui ont été « découvertes au cours des derniers mois, et les preuves disponibles suggèrent l’implication des forces de sécurité gouvernementales dans des exécutions extrajudiciaires de masse ».

Les victimes, qui sont toutes des hommes, sont pour la plupart issues des communautés fulani et peul. D’après les habitants qui se sont confiés à HRW, les corps ont été abandonnés par groupes de trois à vingt le long des routes principales, sous des ponts, ainsi que dans des champs et des terrains vagues. Ce sont des habitants qui ont enterré les corps dans des fosses communes « en mars et avril »« avec l’approbation des autorités militaires et locales », précise l’organisation.

Plus de 1650 personnes périssent dans des attaques terroristes depuis cinq ans

HRW a incité les autorités du pays à mener une enquête afin de découvrir les responsables de ces exécutions sommaires. Face à ces accusations, le gouvernement s’est engagé à ouvrir une enquête, expliquant, pour sa part, que ces exécutions ont pu être commises par des groupes armés terroristes, qui auraient utilisé des uniformes et moyens logistiques de l’armée volés lors d’attaques.

Ce n’est pas la première fois que les forces armées burkinabè sont pointé du doigt. Elles ont été à plusieurs reprises accusées depuis trois ans de graves bavures et d’exécutions extrajudiciaires de civils dans leur lutte contre le terrorisme, notamment à Djibo, située dans une zone particulièrement touchée par les attaques de groupes armés.

Le Burkina Faso a également sombré face au terrorisme. Le pays est depuis 2015 frappé de plein fouet par des attaques armés régulières que les autorités peinent à contrer. Une situation particulièrement rude pour les populations. Selon le rapport de l’Observatoire pour la démocratie et les droits de l’homme (ODDH), intitulé «Burkina Faso. Risque d’un nouveau Rwanda?», plus de 1650 personnes ont péri dans des attaques terroristes depuis cinq ans, provoquant un million de déplacés.

LES PLUS LUS