Après Akon, Assa Traoré va être récompensée aux BET Awards

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

La militante contre les violences policières Assa Traoré, lors du tournage du clip vidéo de l’artiste Amaury, qui lui a rendu hommage dans une chanson (2019)

La militante contre les violences policières Assa Traoré, fondatrice du comité Justice et vérité pour Adama, va recevoir une distinction pour son engagement aux BET Awards, le 28 juin, aux Etats-Unis.

Assa Traoré va être récompensée pour son combat contre les violences policières. La fondatrice du comité Justice et vérité pour Adama recevra son prix pour son « engagement pour le bien-être de la communauté noire mondiale » lors de la cérémonie des BET Awards, dimanche 28 juin, aux États-Unis. Cette récompense a été créée par la chaîne Black Entertainment Television (BET), visant notamment à distinguer les personnalités noires ou issues des minorités.

Le magazine The Hollywood Reporter précise que « Le Global Good Award est la reconnaissance par BET International des personnalités publiques qui utilisent leur plateforme pour la responsabilité sociale et la bonté, tout en démontrant un engagement pour le bien-être de la communauté noire mondiale ».

« Ce prix est une reconnaissance de quatre années de lutte »

Assa Traoré succède ainsi à l’artiste Akon, distingué pour son engagement pour le développement de l’Afrique, ou encore à l’activiste britannique Chakabars. « Ce prix est une reconnaissance de quatre années de lutte et un encouragement pour l’avenir. Le nom de mon petit frère, Adama Traoré, est devenu celui d’un combat, celui de nos droits. Ce prix le rendra plus fort encore« , a réagi Assa Traoré sur Instagram. 

Agée aujourd’hui de 35 ans, Assa Traoré est devenue en quelques années une véritable icône dans la lutte contre les violences policières en France. La jeune militante, basée à Ivry-sur-seine, en région parisienne, se bat avec ses soutiens pour que justice soit faite suite au décès de son petit frère Adama, mort entre les mains de la gendarmerie française en 2016, à Beaumont-sur-Oise.

Maman de trois enfants, éducatrice de métier, elle a tout abandonné pour se consacrer à ce combat, qu’elle compte bien mener jusqu’au bout…

LES PLUS LUS