l'Afrique du 21ème siècle

Amobé Mévégué, un médiateur qui a construit des ponts entre l’Europe et l’Afrique

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par Assanatou Baldé

Amobé Mévégué

Le journaliste et producteur camerounais Amobé Mévégué, fondateur de la chaîne de télé Ubiznews, n’y est plus. Décédé en France à l’âge de 53 ans, d’une soudaine maladie, les sympathisants de cet homme de médias et de culture influent peinent encore à croire à la nouvelle de son décès.

C’est l’onde de choc! Jeudi 8 septembre, aux alentours de 12h, la nouvelle selon laquelle Amobé Mévégué est mort se propage comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Au départ, nombre de personnes de son immense réseau: journalistes, producteurs, réalisateurs, acteurs culturels… sont persuadés qu’il s’agit d’une fake news ou encore d’un piratage. « Je viens de découvrir à l’instant cette publication sur son compte Facebook : « C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons qu’Amobé est parti rejoindre ses ancêtres. Il laisse derrière lui un grand vide ». « A-t-il été piraté? En savez-vous plus », s’interroge ce journaliste dans un groupe WhatsApp? Hélas après quelques coups de fils pour vérifier l’information, il s’avère qu’elle est bien vraie. Alors qu’il y a tout juste deux semaines il s’était envolé au Cameroun pour participer aux obsèques de la deuxième épouse de son père, qu’il appelait affectueusement « maman », tant il était proche d’elle, lui aussi tombe malade à son retour en France, avant de s’en aller.  

« C’était un hyperactif et un surdoué. Il ne dormait que 3 ou 4h »

Le choc est immense pour tous ceux qui connaissaient et côtoyaient l’homme aux multiples casquettes, qui fourmillaient constamment d’idées et de projets. « Amobé était un homme passionné, qui se donnait à fond dans tout ce qu’il faisait. C’était un gros travailleur, qui réfléchissait beaucoup et avait toujours une multitude de projets. Il dormait très peu, à peine 3 ou 4h. C’était avant tout un surdoué et un hyperactif. Et ceux que beaucoup ignorent, contrairement aux apparences, c’est qu’Amobé était un introvertie, qui parlait très peu de lui et laissait quasiment jamais transparaître ses émotions », confie à AP21, cet ami avec lequel il a travaillé sur de multiples projets

« Amobé rassemblait, fédérait et prêtait toujours main forte à ceux qui lui demandaient de l’aide »

Dans le monde de la culture aussi les témoignages se succèdent. Des personnalités comme Youssou Ndour, Salif Keita, ou encore l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, auquel il a rendu visite lorsqu’il était emprisonné à la Haye, lui rendent hommage et saluent son apport et son travail pour le rayonnement de la culture africaine. Plus que le patron de la chaîne Ubiznews ou encore l’animateur, le producteur et le réalisateur, « Amobé rassemblait, fédérait, et prêtait toujours main forte à tous ceux qui demandaient son aide », affirment ceux qui l’ont côtoyé.

Une riche carrière dans les médias

Mariée à une Sénégalaise, ce père de deux enfants, est arrivé en France alors qu’il n’a que cinq ans. Celui dont les parents ont nommé à l’origine Alain, connu désormais de tous sous le prénom Amobé, preuve de son attachement viscéral à l’Afrique, gravit très vite les échelons. Après avoir obtenu un Deug en communication et une licence d’études cinématographiques, en plus d’une formation au Conservatoire libre du cinéma français de Paris, sa carrière débute dans l’univers des médias dès les années 80. Il fait alors figure de pionnier en s’engageant à  Tabala FM, première radio africaine établie en France. Mais le jeune Amobé, dynamique, toujours sur plusieurs fronts, ne s’en arrête pas là. Il produit en 1994 l’émission « Plein Sud » écoutée par plus de 45 millions d’auditeurs, sur Radio France Internationale. Deux ans plus tard, il se lance encore dans une nouvelle aventure et co-produit « Africa Musica », un hit-parade des musiques africaines. Amobé était aussi très suivi  dans des émissions comme « Acoustic » sur TV5Monde, ou encore le journal de la culture musique sur France 24.

Certes, Amobé l’infatigable homme de médias et acteur culturel à l’initiative d’innombrables évènements de promotion de la culture africaine n’y est plus. Mais son héritage en tant que médiateur et constructeur de ponts entre l’Europe et l’Afrique dont tout une génération bénéficie aujourd’hui encore perdurera. Après tout, c’était le combat de sa vie. Et il l’a mené jusqu’à son dernier souffle. 

LES PLUS LUS