Algérie : Refusant toute aide extérieur, le chef d’Etat remanie son gouvernement pour faire face à la menace de la crise économique

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Par la Rédaction

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d’une rencontre avec le ministre grec des Affaires étrangères

Face à la menace de la crise économique, le chef d’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune a effectué mardi soir un remaniement ministériel partiel.

L’Algérie n’est pas épargnée par la menace économique qui pèse dans le monde en raison de la crise du coronavirus. Pour y faire face, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a effectué mardi soir un remaniement ministériel visant les ministères des Finances et de l’Energie. Deux secteurs clés dans l’économie.

Selon le communiqué de l’agence de presse officielle APS, le portefeuille de l’Energie a été accordé à Abdelmadjid Attar, ancien PDG du géant pétrolier public algérien Sonatrach (1997-2000), qui remplace Mohamed Arkab, propulsé à la tête du ministère des Mine. De son côté, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, est remplacé par le gouverneur de la Banque centrale, Aymen Ben Abderrahmane.

Le risque de l’effondrement des réserves de change

Depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, l’Algérie a opté pour des solutions uniquement internes, refusant toute aide extérieur de financement, tels que des prêts au Fonds monétaire international (FMI) ou encore à la Banque mondiale.

Toutefois le pays reste très dépendant de la rente pétrolière et fait face à un réel risque de crise économique, en raison notamment de la chute des prix du pétrole.

Et le constat récent, très alarmant, de la Banque centrale sur la chute des liquidités bancaires ou encore l’effondrement des réserves de change, ne présage rien de bon. Selon certains économistes, ces réserves pourraient s’épuiser à court terme. D’après le rapport récent de la Banque centrale, en effet, elles sont tombées sous les 60 milliards de dollars, soit 55 milliards d’euros, fin mars, contre 79,88 milliards de dollars, soit 73 milliards d’euros, fin 2018 et 97,22 milliards de dollars, soit 88,8 milliards d’euros, fin 2017.

LES PLUS LUS